Mot du président

 Mot du Président

 

Lorsque je débutai le judo avec ma petite sœur il y a 20 ans - je m’en souviens encore - c’était le 18 Septembre 1990 à 17H30, nous saluâmes le tapis avant d’y monter avec un drôle de costume, c’était pour nous une drôle de coutume qui allait perdurer de nombreuses années et pour ma part devenir une grande passion. 

Nous chutions en permanence, car, pour notre professeur, c’était la base de l’apprentissage, il fallait céder, avant d’apprendre  «  les techniques secrètes ». Au travers des saisons nous avons appris les immobilisations, les renversements, les entrées, les liaisons debout/sol, les techniques de projections d’épaules, de hanches, de jambes, et puis plus tard les techniques de sacrifices, les clés de bras, les étranglements, et puis l’un des patrimoine du judo, les KATA, qui étaient pour une jeune ceinture bleue « KATA-STROPHE ». Tout ceci pour vous dire que le judo est comme l’école : l’enfant commence en CP par apprendre à compter, à écrire des mots, à lire, ensuite avec ces mots, il en fait des phrases, puis ses connaissances augmentent, il fait des synthèses, des dissertes, voire, beaucoup plus tard, des thèses. Mais tout ceci se fait avec le temps et dans l’ordre. Au judo c’est pareil, l’enfant apprend à chuter pour ne plus avoir peur de tomber, il se trouve libéré. Ensuite, il apprend des techniques de bases, balayage, barrage de corps, il écoute, apprend, étudie l’art, puis, de ces techniques, il  fait des enchaînements, travaille sous trois directions et tout ceci chronologiquement et avec du temps. Le judo est un formidable patrimoine dont les principes doivent être conservés et transmis au travers des générations. L’homme est comme la science, il évolue au travers d’erreurs et de remises en question. Il comprendra ainsi ce formidable patrimoine et y apprendra les règles et les valeurs humaines qui l’aideront dans son futur. Aujourd’hui il faut mettre en avant la beauté technique de cet art dont les fondements doivent savoir être transmis par des techniciens et de bons professeurs pour les générations futures. Ces fondements que des pionniers nous ont tracés tout au long de leur vie : des hommes comme ABE LEVANNIER, BELLAUD, LAGLAINE, DE HERT BEAUJEAN, COURTINE, et grâce à qui nous nous faisons un devoir de continuer dans la voie « do ». Je n’oublierai pas de citer mon professeur de toujours : Stéphane, mon grand ami Patrick et pour finir un grand professeur et technicien avec qui j’apprécie travailler aussi bien sur le tapis qu’à l’extérieur, Hervé Leconte, professeur du club. Pour finir, en qualité de président, je remercie toutes les personnes du comité et les bénévoles qui oeuvrent toute l’année pour le plaisir des enfants et qui assurent un travail de qualité au sein de toutes les manifestations du club.                                                                                               

   Le président A FOLLIOT